Parlons Mobilité

Question : Transport collectif : ouverture de lignes

La réponse de Charles Fournier (Un Nouveau Souffle) :

Les investissements routiers ne sont pas de la compétence régionale et, par conséquent, nous continuerons à ne pas soutenir d’opérations routières. Le réseau routier régional est aujourd'hui suffisamment dimensionné. Et, en plus, cela irait à l’encontre des objectifs des accords de Paris de diminution des gaz à effet de serre (GES) d'au moins 40 % d'ici à 2030. Rappelons que le transport représente 30 % des émissions de GES, ce qui en fait la première source d’émissions de GES en France.

Nos politiques de mobilités doivent être à la hauteur de cet enjeu vital de diminution de la pollution.

Les investissements ferroviaires que nous mènerons viseront à améliorer la qualité des vie des habitant·e·s, en donnant la priorité aux déplacements du quotidien (domicile-travail, scolaires, étudiants, santé, vie culturelle et associative, courses...). Même si l’entretien des voies est théoriquement une mission de l’Etat, la Région en tant qu’autorité organisatrice de la mobilité a tout intérêt à participer à la sauvegarde, à la modernisation et à l’extension (Orléans-Voves, Orléans-Châteauneuf-Gien, Châteauroux-Loches) du réseau ferré existant.

Nous portons également un projet ambitieux de « Train à Haut Niveau de Service » : soyons réalistes, le projet de ligne à grande vitesse Paris-Orléans-Clermont-Lyon (POCL) ne verra pas le jour et n'aurait de toute façon pas répondu aux attentes réelles des habitants de notre région. En revanche, nous avons d’autres ambitions en matière de transport ferroviaire interrégional, autour du concept du « Train à Haut Niveau de Service » (THNS), à mi-chemin entre TER et TGV : il s’agit de combiner l’optimisation des lignes existantes (en particulier les lignes structurantes Paris-Orléans-Limoges-Toulouse, Paris-Montargis-Nevers-Clermont et Nantes-St-Pierre-des-Corps-Vierzon-Lyon), des réouvertures aux voyageurs et la construction de lignes nouvelles seulement là où elles sont nécessaires, mais aussi un matériel plus performant, une information et une tarification accessible, des modalités de paiement et d'abonnement multicanales simples (vente dans des lieux tiers, guichet automatique, SMS, CB, espèces...).

Au-delà du train, une cartographie nous paraît également nécessaire pour étudier la nécessité de créer des lignes de bus/navettes de périphérie à périphérie (barreaux manquants) qui permettraient de raccourcir des trajets domicile-travail et domicile-études notamment.

Mais une politique de mobilités aussi ambitieuse soit-elle ne saurait suffir à atteindre les objectifs de diminution des GES précités. La mobilité ne doit pas être subie, mais choisie. C’est pour cela que nous devons aussi relocaliser nos activités et permettre à chaque habitant.e de disposer de services de proximité, dans un cadre de vie préservé.

La question

Si vous êtes élu.e, vous engagez-vous à rouvrir des lignes ferroviaires aujourd’hui fermées pour augmenter le maillage ferroviaire, pour favoriser les déplacements non polluants dans le cadre du respect des accords de Paris et contribuer à la diminution de l’investissement routier ?


Pour signaler une omission ou une erreur, contactez-nous par twitter ou mél.

Si vous êtes élu, candidat, membre d'une liste ou d'un parti politique, nous vous invitons à télécharger notre liste de dix questions et de nous envoyer vos réponses en cliquant ici.


Depuis 2020 l'association des Mobilitains s'est fixé comme objectif de contacter l'ensemble des candidats lors des campagnes électorales. Les Mobilitains souhaitent mettre en avant les visions des différents candidats concernant leurs perspectives d’évolution au sujet de la mobilité dans leur région et sur le territoire de la France métropolitaine.

Association 1901, les Mobilitains militent pour un système de transport équilibré dans la région nantaise, au Pays de la Loire et sur tout le territoire français. Nous sommes soutenus à 100% par vous, nos concitoyens, et c’est votre voix qui nous permet de porter la nôtre. Faites un geste au niveau qui vous semble mieux : donnez nous la force d’agir pour vous !

J'adhère

Nous avons choisi une approche différente. Voulez-vous nous soutenir ? À la différence de beaucoup d'associations militantes, nous avons volontairement choisi de ne pas fixer d'adhésion minimum. La transition écologique est au cœur des enjeux et les mobilités actives et douces font partie de la solution. Aidez-nous à faire en sorte que les promesses, les engagements se transforment en action. Toutes les contributions sont importantes, nous ne pouvons pas agir seuls. Soutenez-nous dés maintenant et faites avancer la mobilité.

J'adhère

Votre adhésion ou don donne droit à un crédit d'impôt de 67 % selon votre situation fiscale.